>> Rejoignez nos 36828 membres
création et référencement de site internet Inscription
 
  
0 article(s) | Voir  
 

AccueilArticles et DossiersVideosPhotosMagasin de vente en ligneMon compteForum

a_800

Bien choisir ses têtes plombées !

Par Yann Nabusset

Devant l’existence de cette multitude de leurres souples, nous nous sommes tous posés LA question : lequel serait le plus prenant ? Si le choix du leurre passe pour essentiel, un autre paramètre est très important et trop souvent occulté ou négligé. Il s’agit du choix de la plombée qu’on va lui associer.
Bien choisir sa tête plombée étant relativement complexe si l’on considère les nombreux facteurs à prendre en compte, pecheaubar.com se penche pour vous sur les différentes possibilités que nous offrent les fameuses T.P.

Une histoire de forme :

Depuis quelques années, nous assistons à l’invasion des rayons de nos magasins par des nouvelles formes de têtes plombées.

3_500Les bons vendeurs et certains bons pêcheurs nous vantent les propriétés d’une telle ou d’une autre. Qu’en est-il réellement ?

Et bien à l’instar d’un poisson nageur pour lequel la face avant influe directement sur la nage, il est évident que la forme de la tête plombée déterminera la façon dont votre leurre souple évoluera devant le nez des prédateurs.

Ce choix sera donc primordial pour qui cherche à soigner la présentation et l’animation de ses leurres souples.

12_94Les têtes rondes (ou têtes speed) :

De moins en moins utilisées mais toujours aussi polyvalentes, les têtes rondes permettent l’utilisation d’une large palette de leurres. Elles trouvent leur rendement maximal avec des leurres battant du terrain et qui ont un fort pouvoir vibratoire, notamment pour une pêche en lancé/ramené (stanley shad sow tail, swimbait shad STORM,…). Elles permettent principalement une animation classique faite de tirés et de relâchés ou d’une récupération purement linéaire. Leurs grammages vont de moins de 0.5g à plus de 200g.

 

Il est important de préciser que ces têtes font partie de celles qui, en raison de leur forme, se lancent le mieux et en particulier dans les très petits grammages où l’équilibre poids du leurre / poids de la tête est essentiel. Les têtes rondes nous permettent alors de concentrer au mieux le poids en tête de l’ensemble plombée + leurre et ainsi de lancer correctement.

On les retiendra donc pour leur capacité à travailler sur le plan vertical ainsi que pour leur large polyvalence. On les évitera pour toutes les pêches où les écarts du leurre de droite à gauche sont la solution pour faire réagir les prédateurs.

8_400

Pecheaubar.com vous conseille le modèle Salt Special SV 61 (Decoy) 

Les têtes concaves :

11_500Celles-ci ont les mêmes propriétés que la bavette d’un poisson nageur : faire plonger et faire nager. Leur large surface d’impact à la traction nous permet de les ressentir mieux que n’importe quelle autre tête plombée lors de l’animation. Ainsi nous pouvons, même sur des faibles grammages, réussir à trouver le rythme de maniement capable de positionner notre tête plombée à un étage donné et la récupérer en conservant le leurre souple dans cette même couche d’eau.

 

 

Cette forme concave confère au leurre la faculté d’imprimer de larges mouvements latéraux quand il est sollicité par un coup de scion. Avec un minimum d’entraînement le pêcheur parviendra rapidement à effectuer un véritable « walking the dog » sous marin. Pour qu’elle évolue à plein rendement il est préférable de coupler ce type de tête à un leurre longiligne qui ne bridera pas l’évolution droite/gauche lors des twitchs. Plus le leurre sera long et souple, plus sa nage sera ondulante et fluide. Ces têtes sont à privilégier lorsque les poissons se tiennent près du fond ou pour des pêches excitatives entre deux eaux. On les évitera associées à des leurres à queue dure tels que les shads car cela casserait les caractéristiques de ces têtes.

>> Pecheaubar.com vous conseille le modèle Lip Weight (storm).  

14_95Les fers à repasser (tête à section triangulaire) :

Celles-ci ont pour particularité de donner une nage erratique au leurre sans que celui-ci ne reste trop au fond. L’animation en « darting » est à privilégier pour des têtes plombées de cette forme, cela consiste à donner une tirée sèche puis à laisser du mou dans la ligne afin que leurre change de direction.

15_500De la même façon que pour les têtes concaves, il est préférable de leur adjoindre un leurre lanciforme qui présentera un minimum de prise à l’eau, tels qu’un shad à toute petite queue (nitrosoft jerk par exemple). Il est important de privilégier les leurres les moins souples possible de telle sorte que ceux-ci ne fassent qu’un avec la tête et puissent avoir la nage la plus imprévisible possible. De par leur forme ces têtes descendent rapidement vers le fond sans s’y maintenir. Dans les grammages les plus forts elles ont l’avantage de bien se tenir dans le courant et sont donc à privilégier lorsque les mouvements d’eau sont soutenus.

 

 

>> Pecheaubar.com vous conseille le modèle Lightning Head (Illex)

16_84Les têtes aplaties :

17_500Celles-ci n’ont pas d’avantages particuliers au niveau de la nage du leurre mais ont la qualité de pouvoir atteindre le fond rapidement sans que le courant ne les entraîne trop. Une fois arrivées au fond elles ont la faculté de se tenir parallèlement à lui, ce qui permet une pêche sous le bateau à l’instar de la verticale chère aux pêcheurs de sandres. Ce sont donc têtes que l’on choisit surtout lorsque les courants sont importants ou pour une animation très lente.

Lorsque l’on choisit cette sorte de tête le choix du leurre est moins important qu’avec les autres formes, en effet ici ce que l’on cherche c’est uniquement la plombée qui fera descendre le leurre au fond, les pêches que l’on pratiquera avec ce style de tête se limitant à de la dandine ou à de la pêche quasi statique. La forme de ces têtes est souvent un prolongement intéressant du corps d’un shad. Pensez à couper la tête de votre shad au bon endroit et à coller la surface de contact shad/tête pour plus de longévité.

 

>> Pecheaubar.com vous conseille les modèles “garage made” (le moule cannelle est pas mal) ou achetés au détail chez votre détaillant.

19_50Les plombs sabots :

9_500C’est avec l’émergence de la verticale, que la pêche en eau douce a vu apparaître de nouvelles têtes plombées comme le plomb sabot. Leur système consiste à maintenir le leurre souple surélevé du fond dans une position presque perpendiculaire à celui-ci. Ces têtes présentent un réel intérêt pour la pêche verticale telle qu’elle se pratique en eau douce, moins pour la pêche en mer. Techniquement, la forme de ce lest bride un peu la nage d’un shad (surtout son wobbling), ce qui peut être un handicap en mer lorsque les vibrations doivent être perçues de loin par les poissons.

En revanche, j’ai depuis quelques temps pris l’habitude d’utiliser celles-ci pour la pêche sur les plages où vivent les lançons. En effet, je place dessus, une imitation de lançon que je ramène plus ou moins vite sur le sable de façon à imiter un vrai lançon qui fouillerait dans le sable.

>> Pecheaubar.com vous conseille de les créer vous même à partir d’un des nombreux moules existant si vous en utilisez souvent. Sinon vous pourrez en trouver de bons modèles vendus à l’unité chez certains détaillants.

20_79Les têtes de poisson :

5_689C’est probablement la catégorie de têtes plombées la plus diversifiée, la plus difficile à classer dans une case et à décrire. Pourtant il s’agit bien là de modèles qui prennent du poisson.

Commençons par les modèles de faibles gramages (<20 g) ce qu’on va chercher ici c’est l’aspect naturel de la tête et sa capacité à se désaxer rapidement sur les côtés et à planer pendant l’inertie des mouvements de l’animation. Ces têtes font partie des plus recherchées par ceux qui ont adopté les techniques de pêche en finesse et en particulier les pêches à la volée et les pêches à gratter.

Plus on augmentera en poids et moins les capacité de désaxage et de planage seront recherchés… le poids de la tête prenant le pas sur les capacités dues à sa forme. Ce qui va être avantageux dans les têtes de gros grammages c’est la facilité de l’associer à un leurre de type shad… ces têtes sont tout simplement conçues pour recevoir des shads et la plupart des shads développés pour être associés à ce type de tête. Un point d’hydroglue là dessus et l’ensemble tête leurre devient bluffant de réalisme et d’efficacité. 

 

 

>> Pecheaubar.com vous conseille les modèles Berkley (économique) et okashira megabass (la référence) pour les faibles grammages, les modèles de chez flashmer dès qu’on passe dans le lourd.

10_58618_50La football jig :

Il existe également un autre type de têtes plombées issu de l’eau douce : la « football jig ». Ce sont des têtes qui ont la forme d’un ballon de rugby.

Non loin de la tête ronde en terme de caractéristiques, la football est tout de même un peu plus nageante que sa consoeur mais affiche des caractéristiques moins intéressantes en terme de distance de lancer. Un des intérêts de ce modèle est qu’il se coince plus difficilement que les autres entre les cailloux.

Bref pour nous c’est une alternative très discutable à la tête ronde ou tête speed présentée plus haut.

Pas indispensables donc dans la boîte à notre avis. On pourra néanmoins les trouver intéressantes pour peigner des zones où il faut gratter pour faire mordre le poisson.

Dans tous les cas on les réservera aux faibles grammages, leur faible intérêt décroissant avec leur poids. Considérons que sauf utilisation très particulière ces têtes ne nous intéresseront plus quand elles pèseront plus de 30 g et nous intéresseront au plus pour moins de 10 g de plombée.

>> Pecheaubar.com vous conseille le modèle Power Full Egg VJ 70 de Decoy

 

 

Les autres :

4_500Pour finir, nous avons des lests qui ont des particularités bien différentes de toutes les têtes présentées plus haut.
Ainsi les têtes munies d’une palette métallique (montage picol’eau par exemple) ont la particularité de faire vivre de façon plus intense le leurre qui leur est adjoint. En effet, à l’identique d’un poisson nageur, la bavette fait se mouvoir le leurre, ce qui donne l’impression d’un lançon nageant dans le courant.

C’est une excellente alternative pour la pêche du bord car elle permet, en une tirée sèche, de faire remonter rapidement le leurre vers la surface pour le faire passer au dessus d’un obstacle. En revanche, il est impératif de le monter sur la ligne avec une agrafe ou de lui mettre un anneau brisé de telle sorte que le fil ne se coupe pas à cause des frictions répétées avec la palette.

Viennent ensuite les rubber jigs destinés à l’origine à la pêche du black bass. Ce sont des têtes plombées de forme traditionnelle autour desquelles des filaments de couleur ont été ajoutés. Bien que très peu utilisés en mer, ceux-ci apportent un réel plus au leurre. En effet, tous ces filaments sont toujours en mouvement même lorsque le  leurre est arrêté comme un poisson immobile mais qui bouge ses ouïes. De plus, ces filaments donnent du volume au leurre ce qui pourra être décisif face à un bar affamé.

21_500Tous ces fils ont tendance à ralentir la chute du leurre vers le fond, cela peut parfois décider un bar apathique. Enfin le rubber jig est utilisé par quelques pêcheurs de bars en estuaire et en zone rocheuse dans le but d’imiter un crabe. On est alors très proche de l’utilisation qui est faite de ce leurre en eau douce car on va lui adjoindre un trailer court composé d’un corps (qui sera enfilé sur la courbure de l’hameçon et recouvert par la jupe) et de deux flaps imitant les pinces d’un crabe et donnant un fort pouvoir vibratoire à l’ensemble lors de la récupération.

>> Pour les curieux, pecheaubar.com vous conseille d’essayer : la monture picol’eau (Delalande) les rubber jigs Stirner (Illex) et Glass Killer (Lucky Craft).

Articulez svp !

7_500Une fois le choix de la forme effectué il en est un autre qui pointe souvent son nez : celui de l’articulation ou non de la monture. L’intérêt de choisir ce genre de têtes réside dans le fait que l’hameçon, n’étant plus solidaire du plomb donnera au leurre une nage bien plus souple et fluide. Adoptez une tête articulée et votre leurre perdra aussitôt en rigidité. L’hameçon, plus libre dans ses déplacements, bridera donc bien moins le leurre.

Le deuxième avantage : les poissons ne peuvent prendre appui sur la rigidité de la tête pour s’en défaire et repartir au fond.

La grande question à se poser avant de choisir sa tête plombée : ai-je vraiment besoin de gagner en souplesse ? Difficile de vous proposer une règle générale ici, considérons simplement que plus votre animation sera lente, linéaire ou mécanique et plus vous gagnerez à articuler votre monture. Au contraire plus vous chercherez les animations sèches, erratiques et plus vous travaillerez votre leurre sur le plan horizontal, plus vous aurez intérêt à avoir une liaison leurre/tête plombée rigide, donc à ne pas utiliser de plombée articulée.

Une histoire de poids :

On entend souvent qu’à la pêche “pêcher avec le bon leurre au bon endroit et au bon moment” est la clé du succès. Au leurre souple en particulier vous devrez ajoutez à ça une pincée de forme de tête plombée et une autre de poids de celle-ci si vous voulez que cette formule garde un soupçon de validité. Le bon leurre doit en effet passer de façon pertinente devant le poisson qui n’est pas forcément enclin à changer de couche d’eau pour se nourrir. Là est toute la clé du succès.

6_533Il est important de prendre en compte les éléments qui vous entourent. J’entends par cela : la profondeur de pêche, le courant, le vent, les vagues et l’animation que l’on souhaite donner au leurre.

Loin de moi l’idée de vous conseiller un grammage pour telle ou telle profondeur, ou encore de vous faire une grille de référence, car d’un poste à l’autre, d’un leurre à l’autre, les conditions varient largement. L’important pour déterminer son choix, est de faire en sorte de ressentir son leurre au bout de sa canne et d’être capable d’estimer où celui-ci se situe afin de le faire vivre comme on l’entend. Le leurre ne doit pas descendre comme une balle au fond au de l’eau (sauf s’il y a beaucoup de fond ou de courant) et le fil de votre bannière ne doit ni être trop tendu ni trop détendu.

A titre personnel, je me fixe toujours comme objectif de pêcher en ressentant au mieux mon leurre tout en utilisant la plus petite plombée possible. J’ai pu me rendre compte, en pêchant le sandre et le bar, qu’un leurre trop  lesté, ne serait-ce que de 3 ou 4 grammes peut vous valoir moitié moins de touches qu’avec la bonne plombée.

Pour une pêche verticale la tension dans la ligne devra être plus importante de façon à bien ressentir les différences de niveau du fond ainsi que la moindre petite tape sur le leurre.

 

Problème : le pêcheur au leurre souple choisit souvent sa plombée de façon à pouvoir descendre son leurre au fond. Disons même que c’est la façon de choisir sa plombée la plus courante. Nous avons vu plus haut que dans certaines conditions les carnassiers fixent leurs attaques uniquement sur les leurres faiblement plombés ce qui fait que nous nous retrouvons parfois face à des conditions où, en raison du courant ou de la profondeur, il nous parait impossible de descendre des leurres suffisamment légers dans la zone voulue.

Solution : en réalité ce qui fait qu’un leurre descende plus ou moins vite ne se limite pas au seul poids de la plombée. La forme et la taille du leurre et de la tête plombée ont également leur rôle à jouer dans la vitesse de coulée du leurre. De la même façon le diamètre du nylon ou de la tresse utilisé est extrêmement important car cet élément est un frein important à la coulée du leurre.

Ainsi vous devriez être capable de faire descendre un leurre longiligne sur une plombée de 30 g et associé à une tresse de 12% là où votre gros shad monté sur une tête de 50 g et du 17% ne trouvait pas le fond. Souvent le secret d’une partie de pêche réside dans ces petites choses.

Pour la pêche du bord il est important de prendre en compte le fait de devoir lester suffisamment  le leurre pour pouvoir le lancer aussi loin que possible. Il sera donc très important de bien déterminer le choix de la plombée pour que le leurre ait l’air de bien vivre et soit crédible aux yeux des poissons.

Une dernière chose, lors d’une chasse j’ai tendance à charger beaucoup plus le leurre pour pouvoir le faire nager assez vite sans que celui-ci ne remonte trop en surface. Cela me permet de bien passer dans le banc de poissons chassés et suffisamment rapidement pour que les carnassiers le prennent en chasse.

En espérant que la prochaine fois que vous aurez un leurre souple dans la main gauche et 10 têtes plombées sous la main droite vous ne choisissiez plus en aveugle.

>> Nous parlons de cet article sur le forum de discussion, n’hésitez pas à venir nous y poser vos question ou y laisser vos commentaires en cliquant ici : http://www.pecheaubar.com/punbb/viewtopic.php?id=17730

 

Annonces
Pub