>> Rejoignez nos 23707 membres
Inscription
 
  
0 article(s) | Voir  
 

AccueilArticles et DossiersVideosPhotosMagasin de vente en ligneMon compteForum

attaque_800

FABRICATION DE CUILLERS TOURNANTES

Par Stéphane Charles

Cet article vous montrera pas à pas comment faire vous-même vos propres cuillers. Quel intérêt ? Tout d’abord le prix ! Une cuiller fabriquée par vos soins vous revient à moins de trente centimes pour les moins chères. Tout le monde n’a pas les moyens d’avoir une collection de poissons nageurs dernière génération ! Au-delà des modes, ce leurre est un des plus prenants pour la truite . Vous pourrez de plus faire des cuillers qui ne se trouvent plus sur le marché, remplacer l’hameçon triple par un simple. Mais c’est surtout l’occasion, à peu de frais, de faire vous-même un leurre sorti de votre imaginaire. Les possibilités sont infinies. Et à ce jeu, la capture d’une truite avec votre leurre est vraiment un moment magique.

photo_1_400

Alors que je passais mon Monitorat de Pêche sportive mouche et lancer, Mr Daniel Taboury ( l’inventeur de l’ultraléger ) nous a enseigné comment fabriquer ses propres cuillers. Je tiens ici à l’en remercier car toutes ces explications viennent de ce grand monsieur.

Le matériel de base est peu onéreux. Pour vous donner une idée du coût, j’ai commandé 180 palettes ( 18 modèles différents ), 110 corps ( 11 différents ), les perles laiton ( 3 modèles ), les étriers ( 3 modèles ), corde à piano ( 50 / 60 / 70 centièmes ) pour moins de cinquante euros !
8 centimes la palette en numéro 1 !

Des sites de VPC proposent tous ces matériaux.


La pince à boucler est un élément indispensable qui permet de faire des boucles propres. Celle-ci est un peu chère mais c’est un investissement rentable. Elle vous permettra de plus de faire des montures drachkotichs (monture idéale pour vos leurres souples), les boucles des têtes plombées réalisées par vos soins, etc.

La pince plate pour former, fermer les boucles. Un petit modèle est plus pratique pour les travaux précis sur des cuillers dont certaines pèsent moins d’un gramme.

La pince coupante qui doit être précise et de bonne qualité.

Ces pinces peuvent être trouvées dans n’importe quel magasin de bricolage.

 photo_5_400

Une astuce : Celles dédiées au modélisme sont parfaites pour notre usage. La petite pince rouge est très utile pour saisir des objets parfois minuscules. Une simple pince à épiler peut faire l’affaire.

La corde à piano : pour les diamètres, le cinquante centième pour des cuillers 00, du 60 pour les cuillers 0 / 1 et 2 . Pour des cuillers plus grosses (certaines palettes peuvent aller jusqu’au 10 ou plus !) sachez que vous pouvez aller jusqu’au 1.4 mm. Pour la résistance, le 60 centièmes résiste à une traction de 46 kg et le 120 à 190 kg !

Pour commencer avec des cuillers 1 et 2, le 70 centièmes est plus pratique pour le débutant.

photo_8_400

Attention : la corde à piano rentre dans la peau comme une aiguille et a tendance à sauter lors de la découpe (fermez les yeux en coupant !) Attention donc au moindre rejet qui pourrait se trouver au sol durant ce bricolage pour vous et vos proches.

Les palettes !

De gauche à droite : La classique aglia, les feuilles de saule, les françaises, les colorados, les ongles, I.Ls ( ou palettes axiales ), hélices… Celles-ci constituent les formes les plus classiques. Mais plusieurs centaines de formes différentes existent! Sans parler des couleurs…
Astuce : Les bombes de peinture auto pour colorer vos cuillers ! La palette noire en est un bon exemple.


Les éléments de plombage et corps de cuillers :

De gauche à droite : Simples olivettes, peintes ou non, corps cylindriques annelé, pyramidaux, corps goutte d’eau, corps cône, double cône… Le nombre de corps existant est tout aussi impressionnant que celui des palettes.

Les étriers, dont la taille varie selon la taille de la palette ( exemple : taille 1 pour cuiller 1 )

Les billes de laiton existant en différentes tailles et qui seront proportionnelles à la taille de la palette.

Les tubes de sertissage qui constitueront des éléments de corps pour bien des montages (ultraléger par exemple). Certainement le corps le plus économique qu’il existe !

 photo_9_400



Les hameçons (triples, doubles ou simples) qui eux aussi doivent s’adapter à la taille de la cuiller. Les montages qui vous seront montrés le seront avec un simple. C’est tout aussi prenant, vous limiterez les accroches et surtout le poisson relâché aura beaucoup plus de chances de survie.

Nous commençons par un montage classique : Une cuiller numéro 1 poids 2 grammes.

Pour commencer, formez une boucle avec la pince à boucler. Il faut tout d’abord former un angle en pliant la corde à piano puis tourner autour de la branche arrondi de la pince par petites pressions. Après quelques essais, cette opération s’avère très simple. 

photo_10-11-12_801
La boucle ainsi obtenue doit correspondre à cette photo. Vous noterez que le fil en retrait est presque parallèle à celui qui constitue le corps

Les différents éléments constituant votre cuiller :

Tout d’abord l’hameçon (ici un simple numéro 4 owner à anneaux).
A noter que l’œillet doit être dans l’axe afin d’être dans l’alignement de la cuiller. Au besoin un coup de pince plate le redressera.

Une bille en laiton numéro 3.
Un corps double cône.
Une bille en laiton numéro 2 permettant la rotation parfaite de la palette.

L’étrier qui recevra la palette française numéro 1 nickelée.

photo_13_400


photo_14-15-16_801

Enfilez l’hameçon dans la boucle puis la bille en laiton numéro 3. Rabattez l’excédent de fil.

Avec la pince coupante, coupez l’excédent au plus prés (l’ergot résultant de cette coupe ne doit pas gêner la rotation de la palette). Attention à vos yeux !

Enfilez le corps, la seconde bille, l’étrier avec la palette (une autre bille peut aussi être rajoutée mais ne s’avère pas indispensable).


 photo_17-18-19_801

Avec la pince à boucler, formez une nouvelle boucle.
Comme sur la photo, prenez soin de commencer au moins à deux centimètres afin de pouvoir créer la boucle et les spires jointives qui ferment votre cuiller.

Il faut laisser un certain jeu avec l’étrier pour ne pas gêner sa rotation.

Fermez la boucle avec la pince plate en spires jointives et serrées. Deux tours suffisent.

L’astuce est d’avoir l’excédent de fil à 90 degrés de l’axe de la cuiller et de tourner en maintenant la cuiller par la boucle avec la pince à boucler.

Voici le résultat final. Votre première cuiller !


Nous recommençons avec une autre cuiller genre Mepps numéro 1.

photo_21-22-23_801 

Etrier fendu, palette française numéro 1, bille en laiton numéro 2, un corps annelé et … un hameçon simple ! (pensez aux relâches) .

Formez une boucle avec la pince à boucler.

Enfilez l’hameçon puis le corps et fermer à angle droit avec le fil en réserve.


 photo_24-25-26_801

Coupez au ras en laissant un ou deux millimètres.

Enfilez la perle, l’étrier et la palette.

Formez la boucle de fin.


photo_27-28_801

Fermez en spires jointives avec la pince plate.

Votre cuiller est prête.

 

Vous connaissez maintenant les différentes opérations de montages.

A partir de maintenant, nous vous proposons d’autres montages en vous montrant les différents éléments constitutifs et la réalisation finale.

 photo_29_400 photo_30_400

Voici une de mes préférées : Le double colorado.
De gauche à droite : Hameçon 6, perle 4 mm, perle 2 mm, étrier fendu nickelé 0, palette colorado 0, perle 2mm, tube de sertissage 10 mm, perle 2 mm, étrier fendu 0, palette colorado 0.

Le résultat final. A noter que vous pouvez mettre des palettes de couleurs différentes. Une nickelée et une laiton. Une nickelée et une noire (Essayez : vous m’en direz des nouvelles !).


 photo_31_400  photo_32_400

Cuiller genre « Swing « 00 pour l’ultraléger.

Hameçon 6, perle 3 mm, 4 perles 2 mm, étrier nickelé fendu 0, palette feuille de saule 00, perle 2 mm (accessoire)

Le montage réalisé. A noter que le nombre de perles dépend de la longueur de la palette qui peut varier selon les marques. Excellente cuiller pour l’été qui permet de pêcher dans très peu d’eau.


 photo_33_400  photo_34_400

Cuiller à palette axiale (type « panther martin « ) Hameçon 6, olivette peinte (ici coloris dit « coccinelle «), perle 2 mms, palette I.L. ( ici une panther martin numéro 2 )

Cuiller terminée. Très bonne cuiller qui se met en action même à très faible vitesse.


 photo_35_400  photo_36_400_01

Mini virgule sans le corps, hameçon 6, olivette peinte en noir, bille 2 mm, étrier 1, palette ongle laiton 1.
Astuce : peignez vos olives avec de la bombe de peinture automobile en les suspendant sur de la corde à piano ou un fil par grappes de vingt ou trente. Cette peinture rend un fini émaillé et s’avère extrêmement résistante à l’usage.

Cuiller terminée. La plombée permet de pêcher creux et de lancer loin. Pour les truites cavées dans un trou par exemple. Cette cuiller peut aller de 1 gramme à … aussi lourd que votre canne pourra lancer. J’utilise des vingt et trente grammes pour le brochet. En blanc dans les mêmes tailles pour le loup. Pour le silure, avec deux palettes colorados et une olive de 50 grammes… Essayez !


 photo_37_400  photo_38_400

Une cuiller streamer.
Le streamer en peu de lapin est très mobile dans l’eau. Celui-ci est fait par mon ami Stéphane (Stoto 13 sur notre forum ). A noter que comme le montage précédent, toutes les tailles sont possibles. Pour le loup, dans des coloris plus clairs, un excellent leurre !


 photo_39_400

Une dernière ?

Une cuiller carnassiers.
Virgule longue sans corps, Owner numéro quatre, perle 5 mm, olive peinte de 10 grammes, casque 4 grammes, perle 5 mm, étrier 4 et palette feuille de saule numéro 4.
Excellents résultats sur les brochets.
En blanc pour le bar.


Voici quelques cuillers pour attaquer l’ouverture.

A vous de jouer. Les seules limites sont celles de votre imagination.

Pour nous faire partager vos créations, vos prises et si vous avez des questions, cliquez
ici

Pensez à relâcher !

photo_40_400

 

Annonces
Pub
Pub
Pub